Les Grandes Robes Royales de Lamyne M

Prolongation exceptionnelle jusqu'au 12 mars 2017

 

 

La Forteresse royale de Chinon accueille l'exposition les "Grandes robes royales" de l'artiste camerounais Lamyne M. Issue d'un projet collaboratif, l'exposition met en scène 15 robes inspirées des gisantes royales de la Basilique de Saint-Denis.

Création inédite, Lamyne M. a imaginé, pour la Forteresse royale de Chinon, la robe de la reine Marie d'Anjou. Un projet réalisé en partenariat avec des associations d'insertion soutenues par le département.

Majestueusement mises en valeur dans les logis royaux de la Forteresse, ces robes de trois mètres de hauteur rendent hommage aux reines oubliées ! Customisation, volume XXL, mélange de matériaux et d'époques, chatoyants wax africains côtoient ici la mousseline de soie, le jersey sportswear, les coupes inspirées de la Chine de Mao.

 

 

15 robes royales en hommage aux souveraines oubliées

Véritable performance artistique, les tenues royales invitent à découvrir l'Histoire de France et celle de quelques souveraines oubliées. Lamyne M. a imaginé un parallèle entre structure médiévale et texture contemporaine en créant des robes surdimensionnées. Marguerite de Flandre, Frédégonde, Jeanne de Bourbon, Blanche de France, Constance de Castille, Isabelle d'Aragon, Anne de Bretagne... Autant de personnalités, autrefois dans l'ombre de leur mari ou de leurs enfants, aujourd'hui révélées par la lumière de leurs étoffes ! D'une étonnante variété, les chatoyants wax africains sont mixés aux coupes chinoises et aux capes à motifs de fleurs de lys.

 

Une création spéciale : la robe de la reine Marie d'Anjou

Lamyne M. s'est entouré de structures d'insertion par l'activité économique (SIAE) pour réaliser cette nouvelle robe de trois mètres de haut : ACTIVE (Tours), chantier d'insertion dédié aux femmes, spécialisé dans la couture et OBJECTIF (Amboise).

 

Marie d'Anjou et la Forteresse royale de Chinon


Cette reine occupa la Forteresse pendant 25 ans et aménagea les appartements royaux pour y mener un train de vie conforme à ses goûts et à son rang royal. Peu valorisée et peu représentée de son vivant, cette souveraine oubliée incarnait le profil idéal pour inspirer Lamyne M. : la remettre à l'honneur à travers la matière ! Comme lui, elle aimait travailler les tissus et les fils achetés à Chypre ou à Venise et elle s'adonnait à la broderie, son passe-temps favori. Comme lui, c'était une amoureuse des textiles : elle dépensait beaucoup d'argent pour ses robes.

 

Lamyne M, un artiste (dé)voué aux tissus, social et économique

 

 

Lamyne M. est né au Cameroum en 1977. Couturier et artiste, il vit et travaille en France, à Saint-Denis. Fils d'un marchand de tissus, Lamyne M. fait son apprentissage à 13 ans auprès d'un tailleur. A l'âge adulte, il se reconvertit dans le tourisme responsable, multiplie les voyages, tout en continuant la couture. Ses créations, inspirées des nombreux pays visités et de ses résidences d'artiste à l'étranger, sa prédilection pour la customisation, les volumes XXL, le mélange de matériaux et d'époques, son engagement auprès de différentes associations font de Lamyne un artiste atypique dévoué aux causes les plus nobles.

 

Tarif : Exposition comprise dans le droit d'entrée du monument.

 

Vous pouvez aussi découvrir plus d'information sur la Basilique de Saint-Denis en suivant ce lien : Seine-Saint-Denis Tourisme